Comment Dire Frère en Arabe ?

Comment Dire Frère en Arabe ?

La langue arabe s’avère riche et très importante. Cela peut expliquer, notamment, le fait qu’Allah (Exalté soit-Il) nous a transmis le Coran en arabe. De ce fait, l’apprentissage de la langue arabe fait partie de l’Islam. Or, cette religion de paix et d’amour nous incite à vivre en harmonie et à nous aimer en Allah (Gloire et Pureté à Lui). Il nous faut ainsi faire preuve de fraternité. Dans cet article, nous allons donc voir ensemble comment dire frère en arabe. Restez avec nous !

Tout Savoir Sur le Mot Frère

Avant de vous montrer « comment dire frère en arabe », voyons ensemble l’origine, la définition et la signification de ce mot.

Origine

Il faut savoir que le mot « frère » tire son origine du latin « frater ». Cependant, on lui attribue également une origine indo-européenne.

Définition

Après avoir vu l’origine du mot « frère », il convient maintenant de connaître sa définition. Littéralement, ce terme désigne une personne de sexe masculin qui a le même père et la même mère, ou de l’un des deux parents, qu’un autre individu.

Signification

Sachez que ce mot possède plusieurs synonymes, dont « frangin » qui est un peu familier. De nos jours, l’expression « frère » ou « frérot » peut aussi désigner un homme ou un garçon proche d’une personne, sans forcément avoir des liens du sang avec elle.

Comment Dire frère en Arabe ?

En arabe, le mot « frère » a plusieurs synonymes, notamment :

  • « Akh » ou « أخ », qui signifie « un frère » ;
  • « Chaqiq » ou « شقيق » qui, lui aussi, possède la même signification.

Dans le cas où vous souhaiteriez appeler quelqu’un « mon frère », dîtes alors : « Akhi » ou « أخي » ou bien « Chaqiqi » ou « شقيقي ».

Comment Prononcer Frère en Arabe ?

Afin de comprendre exactement comment prononcer les deux mots précédents, quelques règles de bases s’imposent.

Akh

D’abord, nous allons détailler le mot « Akh » :

  • Le mot commence par la lettre « أ », qui équivaut à « a » en français ;
  • Ensuite, « خ ». Ici, cette lettre assez particulière n’a pas son équivalente en français. Néanmoins, nous allons essayer de vous apprendre à prononcer cette lettre.

Pour comprendre comment prononcer « خ », il faut d’abord que vous sachiez qu’en langue arabe, il y a plusieurs endroits d’où sortent les sons et les lettres. En effet, nous avons :

  • La cavité nasale ;
  • La langue ;
  • La gorge ;
  • Les lèvres ;
  • Et enfin, la cavité orale.

Pour ce qui est de la lettre « خ », cette dernière sort de la gorge. Néanmoins, elle ne vient pas du fond de la gorge, mais du haut de celle-ci.

N’hésitez pas à écouter certains fichiers audios sur Internet afin de vous aider à comprendre la prononciation de la lettre « خ ».

Chaqiq

Concernant le deuxième mot qui est « شقيق », nous allons, lui aussi, le détailler :

  • D’abord, la lettre « ش » correspond au son « ch » en français. Mariée au son « a », celle-ci donnera « sha » ;
  • Ensuite, ici aussi, nous avons une lettre un peu spéciale, à savoir : « ق ».

Effectivement, cette dernière ne trouve pas non plus son homonyme en langue française. Mais, comme pour l’exemple précédent, nous allons vous simplifier les choses.

Si, pour la lettre « خ », la sortie vient du haut de la gorge, la lettre « ق » se prononce par la langue. Là aussi, vous pouvez avoir recours à des fichiers audios explicatifs pour vous entraîner.

Poursuivons maintenant avec le mot :

  • La lettre « ق » et la lettre « ي », qui joue ici le rôle de la voyelle « i », donnent la syllabe « قي », se prononçant « qi » en arabe, mais avec cette intonation typiquement arabe ;
  • Enfin, la lettre « ق » revient à la fin du mot.

La Fraternité en Islam

Maintenant qu’on a traduit « frère » et détaillé sa prononciation, penchons-nous sur quelques notions essentielles relatives à ce mot. Plus précisément, évoquons ce lien ou cet attachement qui a une grande signification dans la religion musulmane.

En effet, la fraternité est extrêmement importante en Islam, car c’est ce qui définit tous nos rapports. Entre musulmans, nous nous appelons « frère » et nous nous considérons comme tels. Nous aimons ce qu’il y a de mieux pour autrui et surtout, nous ne nous faisons pas de mal.

Quelques Hadiths Sur la Fraternité

Le prophète Mohammed (Salla Llahou Alayhi Wa Sallam) a dit : « Le lien qui unit le croyant à l’autre croyant est comparable à celui qui existe entre les pierres d’un édifice, elles se maintiennent les unes par rapport aux autres ». [Rapporté par Mouslim].

Il (Paix et Salut d’Allah sur lui) dit aussi : « Les musulmans, dans l’amour, l’affection et la miséricorde qu’ils se portent, sont comparables à un seul corps. Lorsqu’un membre est affecté, c’est l’ensemble du corps qui ressent la douleur et s’enfièvre ». [Rapporté par Boukhari].

De plus, nous pouvons citer le hadith suivant : « Ne vous détestez pas, ne vous enviez pas les uns les autres et ne fuyez pas les uns les autres et soyez des serviteurs de Dieu, soyez frères. Il n’est pas permis à un musulman de fuir son frère au-delà de trois jours ». [Rapporté par Boukhari].

Enfin, le Messager d’Allah (Paix et Salut d’Allah sur lui) a dit : « Aucun d’entre vous n’est un véritable croyant tant qu’il n’aimera pas pour son frère ce qu’il aime pour lui-même ». [Rapporté par Boukhari].

Explication de la Fraternité Selon Les Hadiths

Nous comprenons donc, à travers ces hadiths (et bien d’autres que nous ne pourrons pas tous citer), que la fraternité a pour synonyme l’amour, la compassion, la solidarité, ou encore l’entraide.

Effectivement, nous ne formons qu’une seule entité et nous sommes prêts à tout faire pour nous tirer vers le haut. Dans ce sens, être croyant signifie souhaiter le bien à son « frère » et ne vouloir que ce qui est bon pour lui.

Nous connaissons alors l’importance de s’aimer, de ne pas se haïr ou s’envier, mais surtout, de vouloir pour les autres que l’on souhaite pour soi.

Débute l'apprentissage de la langue arabe pour seulement 19 € / MOIS

Accède à un programme de 12 niveaux vérifié et validé par un professeur Egyptien de renommé international. Ce programme te fera passer de  » Je ne sais pas lire, écrire la langue arabe  » à  » Je lis, écris, parle et comprend VRAIMENT la langue arabe »

Retour haut de page