Apprendre les chiffres arabes

Les Chiffres Arabes

Dans notre quotidien, les chiffres arabes correspondent à la graphie occidentale des 10 fameux chiffres : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9 et 0. Cette représentation écrite de ces mots comporte également un processus d’écriture décimale positionnelle. Ce dernier a tendance à être sollicité dans le monde entier.

Or, ce système de numérotation s’avère avoir une origine arabo-indienne. Autrement dit, ces chiffres ont vu le jour pour la première fois en Inde. Ensuite, les Arabes les ont fait découvrir aux Européens. C’est la raison pour laquelle, ceux-ci sont couramment nommés « chiffres arabes » de nos jours en Occident. Dans les lignes qui suivent, nous vous expliquons ce que sont ces chiffres et vous racontons son histoire remarquable et ancienne.

La Terminologie Des Chiffres Arabes

Les chiffres arabes sont dotés d’une terminologie assez équivoque. Effectivement, ceux-ci bénéficient de plusieurs appellations, notamment « chiffres européens », « chiffres latins », « chiffres occidentaux », « chiffres indiens », « chiffres persans » et « chiffres ASCII » (réservés particulièrement à l’informatique).

Ceci dit, le nom « chiffres arabes » fait parfois référence aux chiffres employés dans la langue arabe. En réalité, les Arabes ont eux-mêmes leurs propres chiffres qui s’avèrent être un dérivé de ceux que nous connaissons sous le nom de « chiffres arabes ». D’ailleurs, ces derniers les appellent « chiffres indiens », car ils les ont empruntés aux Indiens.

Étymologie Des Chiffres Arabes

Provenant de l’arabe صفر (sifr), le mot « chiffre » signifie « zéro » en français. Ceci dit, ce mot arabe viendrait lui-même du sanskrit « sunya » qui a comme signification « vide », « sans contenu » ou encore « zéro ».

Il paraît que le mot « zéro » serait issu du mot italien « zefiro », qui veut dire « vide », et que ce dernier dériverait du mot arabe صفر (sifr).

Par ailleurs, il faut savoir que le zéro représenterait la découverte la plus précieuse du système des chiffres arabes. En effet, c’est à partir de celui-ci que le reste des chiffres a pu être établi.

Les Chiffres Arabes : De Quoi s’Agit-il ?

Les chiffres arabes se révèlent être les chiffres dont nous nous servons actuellement pour effectuer nos calculs. On dit qu’ils font partie du système décimal. En d’autres termes, cela veut dire que n’importe quel nombre peut s’écrire à partir de cette base de 10 chiffres.

Un peu d’histoire

À vrai dire, les célèbres chiffres arabes tendent à être d’origine indienne. Dérivant des chiffres indiens, ceux-ci possèdent une histoire de longue date. Nés au IIIe siècle avant J.-C., les chiffres arabes ont une histoire qui remonterait au temps des Phéniciens. En effet, ces derniers les auraient employés pour faire du commerce et de la comptabilité. En fait, ils ne s’écriraient pas 0, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8 et 9. Plus précisément, ils disposent d’une graphie ancienne qui est d’ailleurs encore en cours d’usage aujourd’hui en Inde. Cependant, beaucoup d’historiens affirmeraient que la graphie des chiffres arabes s’inspirerait de la numérotation indienne appelée « Brahmi » qui daterait du IIIe siècle av. J.-C.

Au IXe siècle à Bagdad, un mathématicien perse nommé Mohammed Ben Moussa Al-Khawarizmi emprunta ces chiffres pour les utiliser dans les mathématiques arabes. Un peu plus tard au Xe siècle, les Arabes les ont transmis en Europe par la péninsule ibérique, dès lors sous l’occupation du peuple omeyyade. Ces mathématiciens Arabes ont introduit plusieurs innovations dans le domaine des mathématiques par le biais de traités de géométrie et d’algèbre. Ainsi, au fur et à mesure du temps, les chiffres arabes ont commencé à prendre la place des chiffres romains. Véritablement, les Européens avaient compris que ceux-ci étaient plus adaptés pour réaliser des opérations complexes. De plus, ils trouvaient leur notation dans le système décimal plus simple.

En revanche, ce n’est qu’au XVe siècle que la graphie employée dès à présent en Occident a commencé à prendre sa forme actuelle. C’est à cette période que celle-ci remplaçait la graphie des chiffres romans. C’est pourquoi, les « chiffres arabes d’Occident », dits « ghûbar », ne sont pas identiques à ceux du monde arabe de notre époque.

Suite au progrès technique et au développement du commerce, les personnes vivant pendant la Renaissance ne pouvaient plus se contenter de la notation abaque et romaine. En effet, ces dernières avaient besoin d’autres outils de calcul modernes pour satisfaire les attentes des Européens. Ainsi, les Hommes issus de cette ère et résidant dans ce continent ont dû faire appel à un système plus efficace. C’est à ce moment qu’ils ont eu l’idée d’adopter progressivement le système de numérotation indo-arabe. En France, ce système sera approuvé de façon définitive à partir de la fin du XVIIIe siècle.

Les Premières Traces Écrites

Sachez que les Fidjiens sont ceux qui sont munis du plus ancien manuscrit doté de chiffres arabes. Certes, ces derniers l’ont rédigé en 975 dans l’est de l’Espagne en Andalousie.

D’ailleurs, la bibliothèque de Madrid a conservé son exemplaire original, dont le chiffre zéro ne figure pas dedans.

L’Apprentissage des « Chiffres Arabes » de l’Arabe Littéraire

Aux côtés des lettres de l’alphabet, les chiffres font partie de la base de l’apprentissage de la langue arabe. Or, l’écriture de ces chiffres et de ces nombres s’avère très facile dans la mesure où elle reprend le même principe que celle des digits décimaux de l’Occident. Plus particulièrement, ceux-ci s’écrivent également de droite à gauche.

Tout comme les chiffres occidentaux, les chiffres de l’arabe littéraire sont au nombre de 10. En mathématiques, on appelle cela la « numérotation en base 10 ». Voici à quoi ceux-ci ressemblent :

صفر : ٠ = sifr : 0

واحد : ١ = wahid : 1

اثنان : ٢ = ithnèn : 2

تلاتة : ٣ = thalathah : 3

أربعة : ٤ = arba’ah : 4

خمسة : ٥ = khamsah : 5

ستة : ٦ = sittah : 6

سبعة : ٧ = sab’ah : 7

ثمانية : ٨ = thamaniyah : 8

تسعة : ٩ = tis’ah : 9

De nombreux linguistiques dans le monde considèrent que la langue arabe compte parmi les langues les plus difficiles à apprendre. Toutefois, cela reste des a priori non fondés, car comme vous le voyez ci-dessus, les chiffres arabes restent relativement faciles à écrire et à mémoriser.

Par ailleurs, il existe des méthodes efficaces et simples pour apprendre ces chiffres avec facilité et en peu de temps. En vous inscrivant à notre Merkez Al Bourhan, vous pourrez profiter de cette occasion en or.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page