La signification de taqabal allah mina wa minkoum

taqabal allah mina wa minkoum

Connaissez-vous la signification de taqabal allah mina wa minkoum ? Non ? Et bien inchaa allah, avec Merkez Al Bourhan, vous allez apprendre sa signification, et pourquoi on utilise cette formule en arabe… Il vous arrive certainement à l’occasion des fêtes musulmanes, de recevoir des messages contenant Taqaballah mina wa minkoum, dans lequel on vous souhaite bonne fête et l’agrément d’Allah. Si cette pratique est à ce point répandue, en connait-on pour autant un fondement au regard de la Sounnah ? Quelles sont donc ces diverses formulations, et qu’en on dit les savants ? C’est à ce titre que nous communiquons au lecteur ce qui nous est parvenu comme informations relatives à ce sujet.

Taqabal allah mina wa minkoum, une expression répandue

La formule de rappel mentionnée ici ne trouve aucune origine dans les invocations prophétiques. En réalité, ce sont des paroles qui ont été prononcées par un groupe parmi les Pieux Prédécesseurs. Elles sont exprimées au moment des deux fêtes annuelles. On trouve plusieurs formules relatives à cela qui se ressemblent. Dans la langue arabe, ces paroles particulières sont appelées ; tahni’ah. Ce mot se traduit par ; ‘’ félicitation, compliment’’. Cheilkh Al Islam ibn Taymiyyah a dit à ce propos : ‘’ Quant au fait de se féliciter le jour de la fête. Une partie d’entre-eux dit à l’autre lors de sa rencontre après la prière d’El-’Id ;

‘’ Qu’Allah accepte de nous ainsi que de vous, et qu’Allah te le fasse venir (El-’Id chaque année). ‘’

Ainsi que d’autres façons de dire du même genre. Il a été rapporté d’un groupe parmi les Compagnons qui’ ils effectuaient cela. Et cela a été autorisé par certains imams comme c’est le cas de Ahmad et d’autres que lui. Mais cependant Ahmad a dit : ‘’ Moi, je n’entreprends pas (de le dire) le premier. Si donc quelqu’un vient à me le dire en premier, je lui réponds. Et cela parce-que la réponse à la salutation est une obligation. Quant au fait d’aborder par la félicitation, ceci n’est pas une Sounna ordonnée. Et ce n’est pas non plus une chose qui a été interdite. Celui donc qui le fait a un exemple. Et celui qui le laisse a un modèle à suivre. Et Allah est le plus Savant. ‘’ (Al Fatawa Al Koubra 2/228)

Une réponse complète concernant Taqabal allah mina wa minkoum

Cheikh ibn baz (qu’Allah lui fasse miséricorde) a été interrogé sur ce fait de la manière suivante : ‘’ La félicitation le jour de la fête, c’est-à-dire, la fête de rupture du jeûne et la fête du sacrifice. De même que ce que font les gens ; le serrage de main ou l’embrasement, l’accolade. Et les messages à la suite de la prière des deux fêtes. Ceci à tel point même s’ils étaient ensemble avant la prière. Est-ce que cela a donc une source ? Et si cela a une source, alors quelle en est la description authentique. ‘’

Le cheikh a donc répondu : ‘’ Je ne connais pas en cela de fondement. Cependant, les Pieux Prédécesseurs se congratulaient les uns les autres (en disant) ; ‘’ Qu’Allah accepte de toi ’’, ‘’ Qu’Allah accepte de nous ainsi que de toi’’. Quand il le rencontrait et qu’il lui serrait la main, il disait ; ‘’ Qu’Allah soit satisfait de nous de même que de toi. Et que ta fête soit bénie. ’’ Nous ne connaissons donc aucun mal à cela. Ceci fait partie du soin porté en premier ; ‘’ Qu’Allah te bénisse dans la fête  ». Ou bien ; ‘’ Qu’Allah reçoive de nous comme pour toi ‘’. Ainsi que d’autres paroles de ce genre. Cela ne comporte pas de mal, et c’est suffisant.

Pour aller plus loin dans les pratiques de l’Aid

Quant au fait de se serrer dans les bras, nous ne connaissons pas à cela de base. Mais cela est connu parmi les gens lorsqu’ils se rencontrent. Néanmoins, le fait de délaisser cela est plus apte. Le serrement de mains suffit ou bien l’invocation en faveur de l’agrément au moment de la rencontre. Cela suffit. ‘’

Cheikh Al Albany a dit après avoir cité un long argumentaire concernant les chaînes de transmission sur le sujet : ‘’ Les deux récits sont donc authentiques. Les Compagnons ont donc bien fait cela et les Successeurs mentionnés les y ont suivis. Et Allah, soubhanahou wa ta’ala est le plus Savant. ‘’

Dans le livre intitulé ‘’ Al Moughni ‘’, (2/259) ‘Aly ibn Thabit a dit ;

J’ai interrogé Malik ibn Anas il y a 35 ans et il a dit ; Cela n’a pas cessé d’être connu à Médine. Et dans une autre source il est dit : Malik, qu’Allah lui fasse miséricorde, fut interrogé ; Est-ce détestable pour un homme de dire à son frère lorsqu’ils partent de la fête ; Qu’Allah agrée de nous et pour toi de même. Et qu’Allah nous pardonne ainsi qu’à toi. Puis ensuite il retourne la même chose que cela à son frère ?

Il dit ; ‘’ Ce n’est pas détestable. ‘’ (Al Mountaqa 1/132)

L’acceptation ?

Dans la sourate Al Baqarah, Allah soubhanahou wa ta’ala relate la construction de la Ka’bah. Sont ainsi mentionnées les paroles d’Ibrahim et d’Isma’il {‘aleyhima as sallam} lors de sa construction. Au verset 127 il dit : ‘’ Et lorsque Ibrahim et Isma’il élevaient les assises de la Maison ; Ô notre Seigneur, accepte ceci de notre part ! Car c’est Toi l’Audient, l’Omniscient. ‘’

Ailleurs dans le Coran, Allah nous informe de l’histoire qui a eu lieu entre deux frères ; Caïn et Abel. Au verset 27 de la sourate Al Ma’idah, Allah a dit : ‘’ Et raconte-leur en toute vérité l’histoire des deux fils d’Adam lorsqu’ils offrirent un sacrifice. Celui de l’un des deux fut accepté et celui de l’autre ne le fut pas. Celui-ci dit : ‘’ Je te tuerai sûrement ’’. ‘’ Allah n’accepte, dit l’autre, que de la part des pieux. ‘’

Les gens de science ont stipulé que l’acceptation de l’oeuvre se fait en fonction de deux conditions :

– La première est que l’œuvre soit en conformité avec ce qu’Allah a légiféré dans Son Livre. Ou bien ce qu’a éclairci Son Messager {salla Allah ‘aleyhi wa sallam}.

– La deuxième est que l’œuvre soit accomplie dans une intention pure pour la Face d’Allah.

Ibn Taymiyyah a dit : ‘’ Pour les gens de la Sounna et du Groupe, l’œuvre est acceptée pour celui qui craint Allah en cela. Il l’a donc fait purement pour Allah, en conformité avec l’ordre d’Allah. Partant de là, quiconque Le craint dans une œuvre, Il l’accepte émanant de lui. Et même s’il est désobéissant dans autre que cela. Et quiconque ne Le craint pas en cela, Il ne l’accepte pas venant de lui. Cela même s’il est obéissant par ailleurs ‘’(Madjmou’ Al Fatawa 10/322).

En conclusion

Parmi les signes de l’acceptation de la bonne action, il y a le fait que lui succède une autre identique. Certains Pieux Prédécesseurs disaient ainsi : ’’ La bonne action dit ; Ma soeur, ma soeur ! Et la désobéissance dit ; Ma soeur, ma soeur ! Sache enfin que l’acceptation des œuvres figure parmi les causes d’entrée au Paradis.

Nous espérons ainsi que ces modestes lignes vous ont aidé à mieux comprendre la signification de taqaballah mina wa minkoum.

Débute l'apprentissage de la langue arabe pour seulement 9,90 € / MOIS

Accède à un programme de 12 niveaux vérifié et validé par un professeur Egyptien de renommé international. Ce programme te fera passer de  » Je ne sais pas lire, écrire la langue arabe  » à  » Je lis, écris, parle et comprend VRAIMENT la langue arabe »

Retour haut de page